Carla Brutie ou le retour qui pue...

sharleen.jpg

Après moults péripéties sans intérêt, la Carla, also-know-as-first-lady-de-la-France, nous revient avec son troisième album, et second de compositions originales, "Comme si de rien n'était".La claque!J'aime pas vraiment dire du mal mais là...Ça tient plus du réchauffé au micro-onde qu'autre chose. C'est fade, terne, douteux, blême même. Tupperware attitude extrême. De droite quoi. Sarkozyen probablement.Mais, avant toute chose, c'est surtout d'un tarte, d'un bobo convenu inouï. Que Houellebecq et Julien Clerc se commettent dans ce genre de caca, ok. Mais de grâce, gardez ça privé. Allez donc écouter vos brillantes (dé)compositions à l'Élysée. Laissez nous tranquilles merde!Et vous fidèles lecteurs de Mafia Rose, sachez que le jour ou va sortir cette diarrhée sonore digne des meilleurs disques d'Enya l'immonde est aussi le jour de sortie du premier album solo de Sharleen Spiteri (la chanteuse du groupe écossais Texas) intitulé "Melody" (en hommage à la Melody Nelson de Gainsbourg oui, oui). Soit une pure merveille pop sixties.Vous savez quoi faire. Laissez donc Carla Brutie la starfuckeuse de bas étage aux adeptes de Tout le monde en parle.

CultureFrancisMusique