dans

Monsieur Tranquille, Faut pas m’chercher


Madame Thibeau qui veut nous faire danser la Disco, c’est bien. Ça commence à délirer un peu avec Ça va pas dans l’soulier, une chanson de style reggae qui nous parle de maladie mentale.

Monsieur Tranquille nous explique par la suite qu’il ne faut pas s’en faire dans la vie, que tout s’arrange toujours pour le mieux. Par contre, avec Danger, il nous fait paniquer (pour nous protéger) avec tout ce qui peut nous écraser, mettre le feu à notre maison, l’électrocution, les poisons sous l’évier (il ne dit pas de ne pas les boires, justes d’être méfiant; il doit sniffer du Easy-Off!).

Santa Luci est digne des meilleurs succès du sud. Je l’entendrais bien dans Les Bronzés 5. Alors on m’cause nous inities à la diversité culturelle (les Anglo-Québécois!). Les monstres en ajoute une couche, au cas où Danger ne vous aurait pas déjà scrapé le cerveau.

Mais ma meilleure c’est Farnande. C’est l’histoire d’une madame, mariée depuis 18 ans, qui découvre les joies du Bingo. C’est totalement Tremblay, on se croirait dans les Belles-Soeurs mais avec une vision masculine. C’est tordant. Farnande joue au Bingo!

La suivante nous incite à utiliser les menaces et la violence (c’est sur qu’une fois le cerveau scrapé…). En résumé, si vous êtes plus fort que les autres, gênez-vous pas pour frapper. Mignion comme tout.

Finalement le poème. Ça sent la marijuana d’ici, même après 29 ans. Ma jument verte sur les océans. Wow.

En résumé, Monsieur Tranquille et l’antithèse des Oraliens / 100 tours / Passe-Partout. C’est politiquement incorrect, totalement pas éducatif, vulgaire, limite de sacré en chantant. À écouter pour diluer la mièvrerie de l’autre (et vice versa).

Le site de Patofville pour plus d’informations…
Voici un lien sur le seul site complet traçant l’histoire de Patof (Monsieur Tranquille était son faire-valoir!). Le site est bien foutu, il y a aussi plein d’extraits audio. Pour ma part, j’ai toujours eu peur de Patof, donc, no comment.

Laisser un commentaire

Séparés à la naissance…

Édith Butler… muse de mon enfance!