Prince de retour sur la planète terre

Planet Earth

Et un autre retour d’acide 80! Ce coup-ci c’est au tour de Prince de (re)venir hanter mon iPod.Si, si. Le même Prince que j’avais laissé pour quasi-mort en 1993. En même temps d’ailleurs que mes jeunes années formatrices d’amateur pop, pour m’aventurer – shame on me! – dans l’univers du rock indé (alternatif au Québec).Dieu merci, ça m’est passé!Bref, retour au nain pourpre de Minneapolis.1993 : après la sortie du best of triple « The Hits », les sorties de l’ex-génie des eighties ont commencé à sérieusement décliner côté qualité. Presque plus aucun hits, des jams jazzy a n’en plus finir, des concepts de groupe foireux, et j’en passe.Rendu en 1998, Prince (ou quelque soit son nom a l’époque) n’est plus pour moi qu’une parodie ridicule d’une de mes idole de jeunesse. Je jette l’éponge et ne tends plus qu’une oreille discrète aux sorties subséquentes du nabot. Il reste une bête de scène, certes, mais plus sur disque.2004 : Un mince espoir, « Musicology », donne presque le goût de rechuter, mais en fait non. Dispensable. Peut mieux faire.2006 : « 3121 » est soi-disant le disque du retour tant attendu. Raté. Le disque est tout juste correct. Loin (très loin) des canons que sont les albums de la période 1980-1989. Mais c’est aussi cette année-là que sort la première (et unique) compilation remasterisée, « Ultimate ». La claque. Rappel en 28 titres des raisons qui expliquent la place capitale de Prince sur l’échiquier pop des années 80.2007 : À 49 ans (OH-MY-GOD!!!), Prince se permet (le dimanche 15 juillet, soit aujourd’hui) à la fois de vitrioler l’industrie du disque en distribuant gratuitement son nouvel album « Planet Earth » dans le journal britannique The Mail On Sunday (à environ 3 millions de copies) et, par la même occasion, d’enfin nous pondre le disque pop jouissif que l’on était en droit d’attendre de sa part.Prince n’est pas mort. He’s back.« Planet Earth » ressemble pas mal aux albums de 85-89 (« Around The World In A Day », « The Black Album », « Lovesexy », « Batman ») dans sa conception.Un thème fil conducteur (les hauts et les bas d’une relation amoureuse réelle), une production bien plus pop, façon Prince & The Revolution. D’ailleurs Wendy et Lisa – ainsi que Sheila E – sont de retour, après 21 ans de bouderies!Tout juste 10 titres mais pas de remplissage forcé (comme dans ses albums des années 90), juste des perles funk-pop-rock toutes plus jouissives les unes que les autres, dont (au moins) cinq futures classiques : l’épique et Hendrixienne « Planet Earth »; la vintage « The One U Wanna C » qu’on dirait échappée de 1985 – les effluves de patchouli comprises!; la salace « Future Baby Mama » qui risque fort de faire les belles heures des baisodromes de la planète; la chaloupée « Mr. Goodnight » tout en équilibre entre soul et hip-hop; et surtout ce « Chelsea Rodgers » disco-funk festif qui ferait danser une armée de morts.Au final un album solide qui devrait supporter l’épreuve du temps mieux que ses prédécesseurs des 15 dernières années. Un retour en force d’autant plus rafraîchissant que le mois de juillet est totalement mort coté sorties de disques.Sortie en magasins en Amérique du Nord le 24 juillet.