Jump to content

Francis H.

Fondateurs
  • Content Count

    35
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

0 Neutral

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Attention, authentique chef d’œuvre SF! Un roman brillantissime, mélangeant allègrement SF, post-apocalyptique et action, Un océan de rouille est du niveau de la trilogie originale de Fondation, des Cantos d’Hypérion ou encore de la trilogie du Dernier homme de Margaret Atwood. Pour vrai. Un des meilleures romans lu ces 10 dernières années (et un qui ne doit pas écrit par David Mitchell!) Au moins 2021 commence bien.
  2. Premier extrait de l’album solo de Jake Shears. Follasse comme on aime!
  3. Le nouvel album studio de Fangoria, Extrapolaciones y Dos Preguntas, leur treizième en 30 ans de carrière, sera disponible le 15 février prochain.Pour patienter, le premier extrait, ¿De qué me culpas?, ainsi que son clip sont en ligne depuis ce matin.
  4. Bon, vous me direz que c’est du pseudo rap de blanc, qu’on est loin de Vanilla Ice, mais c’est une très belle vidéo qui trace la vie d’un gay, de la naissance à son mariage, extrêmement positive. À voir au moins une fois. En passant, le rappeur derrière cette chanson très militante, et bien il est totalement hétéro!
  5. Francis H.

    MNEK - Girlfriend

    Le mois de l’histoire des noirs, aussi restrictif que cet évènement puisse paraitre, reste l’occasion rêvée de faire connaitre au grand public les gays de couleurs qui oeuvrent pour faire avancer les choses pour la cause homosexuelle. Premier artiste à (re)découvrir, MNEK: plus connu pour ses talents de compositeur et de producteur pour les autres que pour sa carrière solo, le britannique Uzoechi Osisioma “Uzo” Emenike est ouvertement gay et fier de l’être. Il a bossé pour, et avec, entre autre: A*M*E, Kylie Minogue, Madonna, Beyoncé, Craig David ou encore Christina Aguilera.Son dern
  6. Hedwig Schmidt, un transsexuel allemand, est la star du rock la plus étonnante et la plus méconnue du monde. Avec son groupe, elle sillonne les Etats-Unis de restaurants miteux en halls de centres commerciaux. Pourtant, chacune de ses chansons révèle son incroyable destin et sa vision du monde. Hedwig raconte, en chansons, son enfance est-allemande, sa solitude, son opération de changement de sexe et ses passions. Elle poursuit également le célébrissime Tommy Gnosis, le jeune homme qu'elle a tant aimé et pour qui elle a composé certaines musiques.
    Si on aime sortir des entiers battus, The Grand Budapest Hotel va vous transporter dans un univers à la limite de l’absurde et saura vous combler de bonheur. Par contre, si vous cherchez un film plutôt traditionnel, il faut éviter. Car le film vous entraine dans un monde où le service à la clientèle, figurer par le Gustave H, le concierge de l’hôtel, est un absolu. Peu importe que l’on soit en 1932, dans une période de transition sociale. L’absolu reste le même: satisfaire le client quitte à aller en prison pour atteindre son objectif! On croirait que le film a été écrit pour Ralph Fiennes tellement son rôle de Gustave est d’une perfection totale. La brochette d’acteur, tous plus impressionnant les uns que les autres, nous conduit dans une douce folie qui m’a beaucoup fait penser aux histoires de Boris Vian, aux films de Jeunet et Caro, aux univers absurdes que l’on aime voir à l’écran (plutôt qu’au bureau!). Sérieusement, j’ai adoré ce film même si je sais que ce n’est pas tout un chacun qui va en tirer la même appréciation.
  7. Pendant l'entre-deux guerres, le légendaire concierge d'un grand hôtel et son jeune protégé se retrouvent impliqués dans une histoire mêlant le vol d'un tableau de la Renaissance, la bataille pour une énorme fortune familiale, et le lent puis soudain bouleversement qui transforme l'Europe en cette première moitié de XXème siècle.
    Nous avions un peu peur de ce film. Soit c’était un gavage écoeurant de scènes sordide, soit une grosse merde de série Z. Eh bien non, A Serbian Film est un vrai bon film, très très hard, mais avec un vrai scénario, de vrais acteurs, une vraie mise en scène. Plus terrible qu’Old Boy, le sujet n’en reste pas moins malsain. Jusqu’où un homme peut-il allez? Si vous êtes prêt à assumer un accouchement où on viole le bébé à sa sortie, vous pouvez apprécier ce magnifique petit bijou du genre. Je n’en dis pas plus pour ne pas gâcher le plaisir 😉 AUTRE TRAILER ICI :
  8. Milos, un acteur porno à la retraite, tente de survivre avec sa famille. Jusqu’au jour où une ancienne collègue lui présente Vukmir, figure influente de l'industrie pornographique, qui va lui faire une offre qu’il ne pourra refuser…
    Ça semble être dans l’air, le cinéma bis US est plus en forme que jamais, surtout du côté épouvante. Après l’excellent Final Girls, parodie/variation sur le thème du slasher façon Vendredi 13, voici que nous venons de découvrir l’excellent (et assez gore) Cooties. Présenté l’an dernier à Fantasia le film se présente comme un pure délice survivaliste : Infectés par un mystérieux virus issu de croquettes de poulet contaminées, des écoliers deviennent des créatures sauvages assoiffées de chair humaine. Leur seul objectif : bouffer les profs.Cooties déflore allègrement tous les tabous liés aux enfants au cinéma : tout le monde s’entretue dans une ambiance hystérique de fin du monde digne d’un bon vieux Romero, l’humour déjanté en plus. C’est violent, grossier et totalement libérateur (surtout pour un spectateur lui même prof !)Un film parfait pour Halloween !
  9. Francis H.

    Cooties

    Infectés par un mystérieux virus, des écoliers deviennent des créatures sauvages et meurtrières qui menacent les enseignants...
    Die hard: c’est assez inexplicable mais Die hard pop dans la tête de Francis quand on pense à Noël. Quoi de plus festif qu’un gros macho en camisole qui veut sauver sa famille de méchants terroristes à Noël? Surtout si le chef des terroristes est le fabuleux Alan Rickman.
  10. Francis H.

    Die Hard

    John McClane, policier new-yorkais, est venu rejoindre pour les fêtes de Noël sa femme Holly, dont il est séparé depuis plusieurs mois, dans le secret espoir d'une réconciliation. Celle-ci est cadre dans une multinationale japonaise, la Nakatomi Corporation. Son patron, M. Takagi, donne une soirée en l'honneur de ses employés, à laquelle assiste McClane. Tandis qu'il s'isole pour téléphoner, un commando investit l'immeuble et coupe toutes les communications avec l'extérieur.
    LE film de Noël de référence aux États-Unis. On a tous pleuré comme une madeleine à la fin (voir la maman de Billy Peltzer dans Gremlins). 1947 et pas une ride.
×
×
  • Create New...
×
  • Create New...