Welcome to New York, un film plutôt particulier

Synopsis

Devereaux est un homme puissant. Un homme qui manipule au quotidien des milliards de dollars. Un homme qui contrôle la destinée économique des nations. Un homme gouverné par un irrépressible et vorace appétit sexuel. Un homme qui rêve de sauver le monde et qui ne peut se sauver lui-même. Un homme terrifié. Un homme perdu. Regardez-le tomber.

Ma critique

Inspiré par les événements qui ont conduit DSK, ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) et pressenti pour devenir le prochain Président Français, Welcome to New York reprend l’histoire de son arrestation et nous présente une vision des événements le condamnant.Devereaux (le personnage de fiction qui représente DSK), est interprété par Gégard Depardieu. Avant même le début du film, nous avons droit à un entretien entre Depardieux l’acteur et l’équipe de réalisation du film (sous Abel Ferrara): pour tout le monde, c’est clair, on détruit DSK.Après les 15 premières minutes de scènes limite pornographique très crues, on assiste au viol de la femme de chambre (je ne l’ai pas violé, j’ai juste éjaculé sur sa bouche!), à son arrestation bâclée par la police, à son emprisonnement, etc., etc.Depardieu est magistrale! Il n’est pas gros, il est un ogre! Avec du nu intégral (la scène de la fouille corporelle où il doit écarté les fesses, mais est incapable de se pencher en l’avant du à sa corpulence, touche à l’absolu!), le personnage représentant DSK fait peur. Il grogne constamment comme un sanglier, est vulgaire, grossier, monstrueux. À la limite de la caricature…Et c’est l’élément faible du film. Voulant nous faire comprendre que DSK est un gros porc, on en met tellement épais que la sauce finit par ne plus prendre. Le film est de qualité, la réalisation est parfaite, tout est présent. Mais au bout d’un certain temps à voir un ogre dévorer des petites filles, ça devient lassant.Pour ma part, au-delà du film, je reste convaincu du coup monté. DSK devait aider financièrement la Grèce et, deux semaines avant, il viole une femme de chambre. C’est gros quand même. Sa remplaçante au FMI, immédiatement après sa prise de pouvoir, coupe les fonds d’aide à la Grèce. C’est quand même beau le hasard non?https://www.youtube.com/watch?v=FeahgFSOLK4