Avec le projet de loi 100 du gouvernement Couillard, ont ne peut encore une fois que constater avec amertume l’attitude rétrograde, passéiste, conservatrice et immobile de nos dirigeants.

Déconnectés de la réalité, de la vraie vie, déconnectée de l’évolution de la société, nos dirigeants font tout pour que notre bon mode de vie, que notre société n’évolue pas.

Avant de parler d’Uber, parlons de Apple Pay.

Apple a mis en place une solution il y a près de 2 ans pour nous permettre de payer nos transactions via nos iPhone. Apple Pay permet d’ajouter votre carte de crédit et votre carte interac dans votre téléphone et de payer votre transaction juste en approchant votre iPhone du terminal de payement. Votre empreinte digitale sert de mot de passe. La beauté dans tout ça c’est que la transaction est payée par un jeton qui ne sert qu’une fois plutôt qu’avec votre numéro de carte. Le marchand ne peut donc pas copier votre carte, ne voit jamais votre vrai numéro de carte ni votre nom. Une fois la transaction faite le jeton n’est plus utilisable. C’est totalement génial et beaucoup plus sécuritaire que de faire ses transactions avec une carte physique.

Seules la Banque CIBC et la Banque Royal ont activé ce service cette semaine. La TD suivra sous peu. La Banque de Montréal probablement a l’automne.

Les banques du Québec, Desjardins et Laurentienne… Ben on verra. Pas trop sur. On ne sait pas. Peut-être un jour. Genre.

Je paye avec mon iPhone un café chez Couche-Tard cette semaine. Après avoir payé, le caissier pogne les nerfs sur moi et me dit que c’est interdit! Hein? Oui, interdit avec un gros i par la direction. C’est dangereux. On ne peut pas être sur. Sûr de quoi? On ne sait pas mais c’est interdit.

J’ai donc écrit à Couche-Tard et à Visa CIBC pour me plaindre. Mais bon, pas surprenant, c’est juste une autre entreprise québécoise de marde avec une mentalité d’arriéré. Une de plus. Retour chez Starbuck depuis l’incident. J’ai même baissé mon standard et acheté un café chez McDo hier, pour dire!

Et Uber dans tout ça?

Oui les chauffeurs de taxi ont payé un permis pour faire leur métier. Oui les chauffeurs d’Uber ne payent pas d’impôt ni de taxe. Mais là, pas assez fier de bloquer Uber sur le sol québécois, notre super gouvernement a permis aux taxis de moduler leurs tarifs comme Uber le fait déjà.

Entendez bien ceci, non seulement Uber va disparaitre, mais en plus les taxis vont pouvoir doubler et tripler leur tarif quand ils le veulent, au gré de l’offre et demande (ou du chauffeur).

Donc, on va payer plus cher pour un service déjà pourri. On récupère le modèle d’affaire d’Uber, mais on pénalise le consommateur sur tous les tableaux.

Cette volonté crasse des Québécois à ne pas vouloir avancé, à ne pas être en mesure de s’adapter, de rester dans l’immobilisme m’exaspère de plus en plus.

J’ai l’impression de vivre avec un cadavre en putréfaction. C’est ça le Québec. Une société qui vit avec l’illusion d’aller de l’avant, mais qui, au fond, a déjà les pieds dans sa propre tombe. On mérite de perdre nos entreprises, on mérite d’avoir des lois rétrogrades, on mérite de disparaître comme société, car nous sommes incapables d’exister dans le présent et surtout nous sommes incapables de concevoir une vision de l’avenir.