Retour sur les Outgames et Divers/Cité

C’est maintenant terminé. Les célébrations de cette année auront été un grand succès, les deux événements se chevauchant, un public unique était présent cette année. Comme j’ai souvent répété, j’ai eu l’impression au cours des dix derniers jours d’habiter sur le site de l’expo universelle de 67. Une expo universelle de gai et de lesbienne. Cette année, nous avons célébré notre différence avec le monde entier.

La cérémonie d’ouverture et de clôture des Outgames

Je n’ai pas écrit de billet la semaine dernière. J’étais un peu dans le chaud et le froid, étant heureux d’être le spectateur de cet événement, mais critique en même temps, face à plusieurs irritants. Il faut dire que je n’ai pas assisté aux compétitions sportives, ni aux différentes fêtes organiser du côté Outgames. Ce qui m’intéressait c’était les deux spectacles. Le premier était bien monté, bien conçu. Le second était maigre, offrant des chanteuses de rock FM qui auraient été plus à leur place à un party d’Hells Angels qu’à un party de tapettes! Les deux spectacles avaient un énorme défaut, la sonorité au Stade olympique. Mais bon, tout le monde savait à quoi s’attendre.

Le week-end Divers/Cité

Notre soirée de samedi a été marquée par la performance d’Offer Nissim, Francis a déjà écrit à ce sujet. Hier, j’étais complètement brûlé d’avoir dansé, crié, hululé à tout vent. C’est donc au ralenti que nous sommes allez voir Amanda Lepore. Elle valait à elle seule le déplacement. Une performance courte (3 chansons), mais quelle performance! Vous en jugerez par vous même via cette vidéo.

En conclusion, j’ai apprécié les Outgames mais c’est vraiment du coté de Divers/Cité qu’il y avait de l’ambiance. Avec une telle concentration de gai, le succès était assuré.

Partagez cette publication