Steve Jobs : « soyez affamés, soyez fous »

Steve Jobs a effectué il y a trois jours un discours à l’Université de Standford, dans le cadre de la cérémonie accompagnant la remise des diplômes.

‘Il y a environ un an j’ai été diagnostiqué avec un cancer. J’ai fait un scanner à 7h30 du matin et il a montré clairement une tumeur dans le pancréas. Je ne savais même pas ce qu’était un pancréas. Les médecins m’ont dit qu’il était quasiment certain que ce type de cancer était incurable, et que je ne devais pas m’attendre à vivre plus de trois à six mois. Mon médecin m’a conseillé de rentrer chez moi et de mettre de l’ordre dans mes affaires, ce qui en langage médical signifie se préparer à mourir. Cela signifiait essayer de dire en quelques mois à mes enfants tout ce que je pensais avoir encore 10 ans pour leur dire. Cela voulait dire faire en sorte que tout soit le plus simple pour ma famille. Cela signifiait dire au revoir.

J’ai vécu avec ça toute la journée. Plus tard le soir même on m’a fait une biopsie, qui consiste à vous enfoncer un endoscope dans la gorge, jusqu’à l’estomac et aux intestins, à introduire une aiguille dans le pancréas et à récupérer des cellules provenant de la tumeur. J’étais endormi mais ma femme, qui était présente, m’a raconté que quand les médecins ont regardé les cellules au microscope, ils ont pleuré, car en fait il s’agissait d’une forme très rare de cancer du pancréas qui peut être traité par chirurgie. On m’a opéré et je vais bien maintenant.

Je n’avais jamais été confronté d’aussi près à la mort, et j’espère ne jamais l’être davantage au cours des prochaines décennies. Ayant vécu cela, je peux vous dire aujourd’hui, avec un peu plus de certitude que quand la mort n’était qu’un concept intellectuel, que personne ne veut mourir. Même les gens qui veulent aller au paradis ne veulent pas mourir pour y aller.

Et pourtant la mort est notre destination commune à tous. Personne ne peut y échapper. Et c’est comme ça que cela doit être, car la mort est très probablement la meilleure des inventions de la vie. Elle est l’agent de changement de la vie. Elle efface ce qui est ancien pour faire place à ce qui est nouveau. Aujourd’hui, c’est vous qui êtes le ‘nouveau’, mais un jour viendra, pas très éloigné, où vous deviendrez progressivement ce qui est ‘ancien’ et serez effacés.

Désolé d’être aussi dramatique, mais tout cela est vrai. Votre temps est limité, donc ne le perdez pas à vivre la vie de quelqu’un d’autre. Ne vous enfermez pas dans les dogmes, c’est-à-dire dans ce que pensent d’autres personnes que vous. Ne laissez pas le bruit des opinions des autres étouffer votre voix intérieure.

Et, plus important, ayez le courage de suivre votre coeur et votre intuition. Tout le reste est secondaire. »

Partagez cette publication